Réchauffement climatique : Noël chaud en Europe, glacial aux Etats Unis // Global warming : hot Chrismas in Europe, freezing cold in the U.S.

C’est un Noël au balcon en Europe et au tison dans la plus grande partie des États-Unis, avec un vortex polaire qui a envahi le pays. Cette vague de froid conduit de nombreux Américains à s’interroger sur le réchauffement climatique. Cependant, la NASA leur rappelle que la vague de froid descendue de l’Arctique ne signifie pas que le réchauffement climatique a pris fin.
Il est tentant de nier le réchauffement climatique en se basant sur les conditions météorologiques du moment, mais il est également bon de rappeler que le réchauffement de la Terre est un phénomène global. Même si une région connaît parfois des températures glaciales, la planète dans son ensemble continue de se réchauffer.
En février 2021, un vortex polaire est descendu sur les Grandes Plaines américaines et a même atteint le Texas, avec plus de 4,5 millions de foyers et d’entreprises sans électricité et la mort de plus de 170 personnes. Des études ont depuis établi un lien entre cette vague de froid hivernale et le réchauffement climatique. L’Arctique se réchauffe plus rapidement que toute autre région de la Terre et ces températures plus élevées perturbent le comportement du vortex polaire. Il se trouve affaibli et des langues de froid glacial se dirigent plus facilement vers le sud, au-dessus du continent nord-américain. J’ai expliqué ce phénomène dans une note publiée le 30 janvier 2019 :

https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2019/01/30/les-caprices-du-vortex-polaire-the-whims-of-the-polar-vortex/

Ces explications ne suffisent souvent pas à apaiser le déni du réchauffement climatique qui prolifère régulièrement sur les réseaux sociaux pendant les mois d’hiver. La question habituelle est : si le réchauffement climatique existe vraiment, pourquoi fait-il si froid dehors ? »
Parallèlement à l’augmentation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère, les températures moyennes ont augmenté depuis la fin des années 1800 et la glace de mer a diminué. Malgré cela, la planète continuera à connaître des hivers froids pendant des décennies. Non seulement les événements de froid extrême ne sont pas incompatibles avec le réchauffement de 1 degré Celsius que nous connaissons déjà, mais nous pouvons nous attendre à ce qu’ils se poursuivent dans un avenir prévisible.

La chose la plus importante à prendre en compte est la tendance sur le long terme. On s’aperçoit alors que le nombre de températures maximales record continue de dépasser le nombre de températures minimales record dans un rapport de 2: 1, selon une étude réalisée en 2009 par le National Center for Atmospheric Rechercher. Les modèles informatiques montrent que la disparité atteindra 20:1 d’ici 2050 et 50:1 d’ici 2100.
Source : médias d’information américains.

NB: Cette note est une réponse aux négationnistes du réchauffement climatique qui existent en France et le font savoir à travers les commentaires sur ce blog!

—————————————–

It is a warm Chrismas in Europe and a freezing one in most of the U.S, with a polar vortex across the country. This cold snap has led many Americans to question global warming. However, NASA reminds them that the Arctic outburst does not mean that climate change is not happening.

While the impulse to deny climate change based on the immediate weather conditions outside one’s window is tempting, it’s also worth remembering that the Earth’s warming is a global phenomenon and that while one area may experience frigid temperatures, the planet as a whole continues to heat up

In February 2021, a polar vortex descended on the Great Plains, extending as far south as Texas, leaving more than 4.5 million homes and businesses without power and resulting in the deaths of more than 170 people. Studies have since linked the severe winter outbreak to climate change. Due to the fact that the Arctic is warming faster than any other region on Earth, those higher temperatures have been shown to disrupt the behaviour of the polar vortex, weakening it so that tongues of very cold air wander south over the continental U.S. I explained this phenomenon in a post released on January 30th, 2019 :

Les caprices du vortex polaire // The whims of the polar vortex

However, those seemingly counterintuitive findings have done little to assuage the climate change denialism that regularly proliferates across social media in the winter months. A usual question is : If global warming is really happening, how come it’s so cold outside? »

Along with the rise in atmospheric CO2, average temperatures have risen since the late 1800s and sea ice has diminished, but the planet will continue to experience cold winters for decades to come. Not only are extreme cold events not inconsistent with the 1 degree Celsius of warming that we have already had, we can expect them to continue in the foreseeable future.

What is more telling, however, is the longer-term trend in which the number of record high daily temperatures continues to outpace the number of record lows by a ratio of 2:1, according to a 2009 study conducted by the National Center for Atmospheric Research. Computer models suggest that disparity will grow to 20:1 by 2050 and 50:1 by 2100.

Source : US news media.

Source: Météo France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.