Publications

En cliquant sur leurs titre dans l’entête de ce blog, vous aurez accès aux résumés de plusieurs publications qui sont le résultat de travaux que j’ai effectués sur le terrain:

  • Le Volcan et le Baromètre: Corrélation entre la pression atmosphérique et l’activité strombolienne.
  • Les émanations gazeuses sur les basses pentes de l’Etna.
  • Le processus de refroidissement de la lave sur le Kilauea.
  • Yellowstone 2010.
  • L’Ile de Vulcano (Iles Eoliennes). Disponible auprès de L’Association Volcanologique Européenne (www.lave-volcans.com)

———————————

By clicking on their titles below the titke of this blog, you will hava access to the abstracts of several publicatins which are the result of on-the-field work on different volcanies:

. The Volcano and the Barometer.

. Gaseous emissions on the lower slopes of Mt Etna.

. Lava cooling process on Kilauea Volcano.

. Yellowstone 2010.

. The Island of Vulcano (Aeolian Islands). Available by L’Association Volcanologique Européenne (www.lave-volcans.com)

The English versions of these abstracts are available on demand, through my e-mail.

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Publications »

  1. Bonjour Claude,
    Merci de ces informations et analyses fort sérieuses et bien intéressantes.

    S’agissant de variations atmosphériques, je pense également, sans avoir réalisé de travaux aussi élaborés que ceux que vous avez accomplis, que les variations barométrique, l’hygrométrie de l’air et voir même sa température ambiante, ou la force des vents, sont autant de facteurs qui peuvent influencer l’évolution d’un panache éruptif dès lors qu’il apparait. Par contre, pour ce qui est du déclenchement de l’éruption proprement dite, tous ces facteurs semblent bien dérisoires face aux forces colossales contenues dans un magma à près de 1000°c, exerçant une pression de 500 bars (pression variant considérablement en fonction de la teneur en eau du magma) sur le toit de la chambre. Nous sommes ici effectivement très loin des millibars atmosphériques.

    Je reste cependant bien persuadé de l’influence des variations de gravités dues aux marées, et notamment des marées terrestres, qui ont probablement une action directe sur l’agencement des réseaux de fractures et donc de leur possible ouverture au passage du magma. Tout autant, les variations saisonnières, même minimes dans la vitesse de rotation de la terre implique surement, et surtout dans les régions équatoriales, des écarts importants dans la centrifugation des matières fluides.
    Dans le même ordre d’idées, le réchauffement climatique actuel qui provoque une fonte accélérée des glaces, pourrait avoir à mon sens deux impacts sur la dynamique éruptive :
    Les phénomènes de résilience des sols débarrassés du poids de la glace, vont probablement donner aux magmas une possibilité supplémentaire d’apparaitre en surface sous des pressions moindres.
    La montée du niveau des mers va surement, par addition de poids sur les dorsales, faciliter l’écoulement gravitaire (*) des plaques océaniques et donc accélérer leur absorption par subduction, et donc favoriser le volcanisme induit.

    Qu’en pensez-vous ?

    En post-scriptum, j’ajoute une petite précision concernant l’utilisation que je fais souvent sur votre blog de l’ironie et de la galéjade, et qui pourrait choquer. Cela pour moi s’apparente plus à l’expression d’un sourire ou d’une complicité que d’une quelconque critique irrespectueuse.

    Amitiés
    Pierre Chabat

    (*) Cette théorie qui de temps à autre resurgit dans différents articles, est encore très discutée, mais j’y porte cependant une attention particulière puisque qu’elle permet de sortir du « dilemme » habituel de la dynamique lithosphérique : « est-ce l’accrétion qui pousse » ou bien « la subduction qui tire » ?

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      Merci pour ces remarques pertinentes, comme d’habitude, et auxquelles j’adhère complètement. Je suis persuadé moi aussi que des phénomènes comme les marées ont une influence sur d’autres phénomènes naturels. Vos remarques concernant la fonte de la calotte glaciaire et les modifications de comportement de la croûte terrestre sont à mes yeux une évidence. Ce rebondissement de la croûte est visible en Islande et au Groenland. Il est fort à parier que le dernier tsunami au Groenland est lié à ce phénomène. Très amicalement. Claude

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s