Courses de traîneaux en Alaska et dans le Yukon

Février-mars en Alaska et dans le Yukon, c’est l’époque des courses de traîneaux. Pourtant, cette année, les conditions météo viennent perturber leur déroulement. L’Iditarod qui, normalement, établit un lien entre Willow (à côté d’Anchorage) et Nome (sur la côte ouest de l’Alaska) vient de voir son départ du 7 mars transféré à Fairbanks pour cause de manque de neige. C’est la deuxième fois en 43 ans qu’un tel événement se produit.

Dans le même temps, la Yukon Quest qui conduit en ce moment les mushers de Whitehorse à Fairbanks sur un parcours de 1600 kilomètres est soumise à des températures extrêmes, avec le thermomètre qui flirte en permanence avec les -40°C. On déplore plusieurs abandons – même parmi les concurrents les plus aguerris – et plusieurs attelages n’ont plus les 14 chiens du départ. La France est représentée par Nicolas Vanier qui a été contraint de laisser au repos cinq de ses chiens à l’occasion de l’étape à Pelly Crossing, un endroit superbe sur la Klondike Highway. Il va bientôt (dans quelque 280 km!) arriver à Dawson City, point milieu de la course. Dawson a connu une gloire incroyable au moment de la ruée vers l’or. C’est en souvenir de cette époque que le premier concurrent qui arrive à Dawson reçoit 4 onces (environ 120 grammes) de ce métal précieux.

Yukon-quest-2

Yukon-quest

Attelage et parcours de la Yukon Quest (Source: Wikipedia).

Dawson-blog

Dawson City, un village au milieu de nulle part  (Photo:  C. Grandpey)

Iditarod (Alaska): C’est parti !

Dans une note publiée le 18 février, je faisais référence à l’Iditarod, la plus célèbre de toutes les courses de chiens de traîneaux en Alaska. Il s’agit d’une compétition de 1700 km qui commémore le transport d’un sérum anti-diphtérique jusqu’à Nome en 1925, afin d’enrayer une épidémie de la maladie.
En février, les organisateurs se demandaient, réchauffement climatique oblige, si le départ de la course pourrait être donné à Anchorage comme prévu. Si les températures anormalement chaudes persistaient, il était envisagé de donner le départ à Fairbanks, 560 km plus au nord. Depuis cette date, même s’il n’a pas fait très froid, un épisode neigeux a amélioré la situation et les 69 attelages ont pu se retrouver comme prévu le 1er mars à Anchorage où avait lieu un prologue de 17 km permettant de les présenter au très nombreux public. Le départ officiel de la course a été donné le 2 mars à Willow, à quelques kilomètres au nord d’Anchorage. Les concurrents s’élançaient toutes les deux minutes, un peu comme pour le contre-la-montre d’une couse cycliste.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez ce prologue grâce à une caméra embarquée à bord du traîneau de l’un des compétiteurs les plus célèbres, car vainqueur de l’Iditarod à deux reprises. Les images sont de bonne qualité. N’hésitez pas à utiliser le plein écran.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Vy617ixEi0g

La course s’annonce passionnante car il y aura des obstacles imprévus à cause du peu de neige par endroits et de la fragilité de la glace lors de la traversée des cours d’eau. Les spécialistes prévoient donc une couse technique. Mon amour des contrées nordiques m’a donné l’envie de me rendre à Anchorage. Malheureusement, à cette époque de l’année, il n’y a pas grand-chose à faire en Alaska et le coût du voyage aurait été trop élevé pour une distraction de quelques heures seulement !

Iditarod-blog

L’équipage de Mitch Seavey, double vainqueur en 2004 et 2013. On remarquera les bottines portées par les chiens pour éviter les blessures.

((Crédit photo:  Franck Kovalchek / Wikipedia)