Quand le Stromboli « fume la pipe »…

D’après le Laboratorio Geofisica Sperimentale, l’activité du Stromboli (Sicile) ces derniers jours a  consisté en explosions stromboliennes dont le siège se trouvait principalement dans la partie NE de la terrasse cratérique. Le tremor se maintient à des valeurs moyennes. Le nombre d’événements VLP (Very Long Period) correspondant aux explosions stromboliennes reste élevé avec entre 15 et 20 événements par heure. Les émissions de SO2 et de CO2 présentent des niveaux bas, avec respectivement des moyennes de 52 tonnes et 549 tonnes par jour.

Comme le fait l’Etna de temps en temps, il arrive au Stromboli de « fumer la pipe » en envoyant de beaux ronds de fumée dans le ciel. Le phénomène a été observé le 27 mars 2020.

Les anneaux de fumée ne sont pas des phénomènes exceptionnels. Des fumeurs peuvent les provoquer en positionnant leurs lèvres et en exhalant la fumée de cigarette d’une certaine manière. Ces ronds apparaissent souvent autour des pots d’échappement des voitures ou autour de la bouche des canons, en particulier dans les bandes dessinées.

Dans son ouvrage Sur l’Etna auquel je faisais référence en indiquant que le Stromboli « fumait la pipe », Haroun Tazieff écrivait en 1991 que « ces ronds de fumée sont provoqués par la convection des gaz lancés à grande vitesse par l’orifice circulaire de la bouche ». Quelques années plus tard, je fus moi-même témoin du phénomène sur l’Etna (voir photos ci-dessous). Dans un échange de correspondance avec le célèbre volcanologue, j’écrivais que « l’expulsion centrale plaquerait les gaz sur la paroi de la bouche où ils s’enrouleraient sur eux-mêmes pour finir par sortir en anneau, étant donné la forme de l’ouverture ». H.. Tazieff me répondit – croquis de sa main à l’appui – que sa propre explication des anneaux était proche de la mienne. « La différence tient essentiellement dans la coupe de la bouche, ce qui, au moment de la bouffée, crée un excès de gaz (diamètre large sous l’évent, diamètre faible de l’évent lui-même) avec, naturellement, accélération des gaz dans la partie centrale et freinage au contact des parois tout autour, d’où ‘enroulement’ des gaz à la périphérie de l’ensemble ».

Les scientifiques expliquent que, pour obtenir un rond, il faut deux conditions initiales : de la fumée et une vitesse de départ. Dans le cas du volcan, ce sont les fumerolles et l’air chaud ascendant émis par une bouche qui sont susceptibles de générer les anneaux. Mais tous les jets de fumée ne donnent pas des ronds ! Un rond de fumée ne peut s’obtenir que si le jet est discontinu. Il se forme alors autour d’un cœur autour duquel le fluide tourne. Chaque partie de l’anneau est soumise à la vitesse induite des autres parties : la moitié droite de l’anneau tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, et la moitié gauche dans le sens inverse.

L’anneau ne peut donc pas rester immobile : il est en mouvement permanent par rapport au fluide qui l’entoure. C’est pourquoi les anneaux de fumée du Stromboli ne sont pas restés immobiles au-dessus du volcan. Ils se sont ensuite dirigés vers le NE et ils ont salué au passage le village de Stromboli.

Quand l’Etna « fume la pipe » (Photos: C. Grandpey)