Création d’un géoparc en Tanzanie // A new geopark soon in Tanzania

La Tanzanie est en passe de créer son premier géoparc regroupant le Ngorongoro – superbe caldeira volcanique née il y a deux millions d’années – et l’Oldoynio Lenga, volcan actif célèbre pour ses coulées de natrocarbonatite . Différents des parcs nationaux, les géoparcs sont censés être des entités géographiques qui traitent de la protection et de l’utilisation du patrimoine géologique de manière durable, tout en favorisant le bien-être social et économique des personnes résidant dans le parc.
Le Ngorongoro-Lengai sera donc un nouveau géoparc sur le continent africain. Il couvrira une superficie de 12 000 kilomètres carrés dans une région où abondent des collines rocheuses, des grottes, des bassins renfermant des lacs, des sites de découverte d’hominidés, ainsi que le volcan actif Ol Doinyo Lengai.
Selon la Ngorongoro Conservation Area Authority (NCAA), organisme qui gère la zone de conservation du Ngorongoro (NCAA), l’objectif est de donner plus d’ampleur au potentiel touristique du pays en introduisant des points d’intérêt basés sur les formations géologiques, l’histoire et les caractéristiques géographiques qui seront rassemblés dans  le géoparc Ngorongoro-Lengai.
Comme je l’ai indiqué précédemment, une récente visite de chercheurs a montré que le Lengai pourrait connaître une éruption à court terme. Le volcan, qui est entouré de sites paléoanthropologiques importants, connaît des éruptions qui sont généralement confinées à son sommet, bien que certaines coulées de lave puissent parcourir plusieurs kilomètres sur ses flancs.
Source: Xinuha.net.

—————————————

Tanzania is in a fair way to create its first geopark with Ngorongoro, a wonderful caldeira that appeared two million years ago, and Ol Doinyo Lengai, an active volcano made famous by irs natrocarbonatite lava flows. Different from national parks, geoparks are supposed to be a unified geographical area which addresses the protection and the use of geological heritage in a sustainable way, while also promoting social and economic well-being of the people residing within the park.

The Ngorongoro-Lengai Geopark, which is expectedd to cover an area of 12,000 square kilometres of rocky hills, long underground caves, lake basins, hominid discovery sites and the active Ol Doinyo Lengai Volcano, is going to be another geopark on the continent.

According to the Ngorongoro Conservation Area Authority (NCAA), the aim is to expand the country’s tourism potential by introducing attractions based of land formations, geology, history and geographical features all being packaged under the single entity of the Ngorongoro-Lengai Geopark.

As I put it before, a recent visit by researchers has shown that Lengai Volcano might erupt in the short term.The volcano, which is surrounded by important paleoanthropological sites, has been experiencing eruptions that are usually confined to its summit though the lava flow can extend to several miles downhill.

Source : Xinuha.net.

Le Lengai et le Ngorongoro bientôt rassemblés dans un même géoparc en Tanzanie (Photos: C. Grandpey)

Kilimandjaro, Ol Doinyo Lengai, Ngorongoro (Tanzanie)

L’émission « Faut pas rêver » diffusée sur France 3 le 15 mars dernier était intitulée Tanzanie, du Kilimandjaro à Zanzibar. Elle a permis de survoler le Kilimandjaro qui domine le continent de ses 5895 mètres. Il s’agit d’un volcan décrit comme dormant. En effet, la dernière éruption majeure remonterait à plus de 300.000 ans mais une activité volcanique aurait été détectée il y a quelques centaines d’années. Par ailleurs, le Kili émet encore des fumerolles au niveau du Kibo, et connaît occasionnellement des secousses sismiques faibles à moyennes.
Beaucoup de randonneurs effectuent la longue ascension du Kilimandjaro dans l’espoir d’admirer les glaciers qui couronnent son sommet. Ceux qui veulent se lancer dans cette expédition doivent se dépêcher car les « neiges du Kilimandjaro » de la chanson de Pascal Danel sont en voie de disparition.
Depuis les années 2000, la glace sommitale aurait perdu 29 % de son volume, en grande partie à cause du réchauffement climatique. Les glaciers sur la façade nord, comme le Credner, ont largement contribué à cette perte. Si les glaciers de cette face disparaissent plus rapidement, c’est en partie parce qu’elle est la plus exposée au soleil. Le Kili étant dans l’hémisphère sud, à seulement 340 km de l’équateur, c’est le versant nord du volcan qui reçoit le plus de rayonnement solaire.  Au même titre que les glaciers andins tropicaux, les glaciers du Kilimandjaro dépendent des variations climatiques naturelles – El Niño notamment -, du changement climatique actuel, mais également de la déforestation. Selon certaines études, elle jouerait même un rôle déterminant. En effet, le volcan est entouré d’une forêt tropicale qui, malgré la création d’un parc national en 1973, continue de régresser.

Voici deux captures d’images du documentaire:

L’émission a également permis un survol de l’Ol Doinyo Lengai. Les visites à ce volcan se font rares depuis l’éruption de 2007 qui a creusé un profond gouffre à son sommet. Les images proposées par l’émission confirment la situation très calme actuelle. Il ne semble même pas que des coulées de carbonatite soient présentes au fond du pit crater. J’ai eu la chance de grimper au sommet du Lengai à la fin du mois de décembre 2003. On observait alors un petit lac de lave avec de fréquents débordements. Même si les coulées de carbonatite ont disparu, la région du Lengai au cœur du rift africain, avec le lac Natron et ses flamants roses, mérite largement un détour.

Voici une capture d’écran du documentaire:

Voici des photos prises en décembre 2003:

Sans oublier les populations masaï:

Les pistes permettent d’accéder assez rapidement au cratère du Ngorongoro qui figurait également en bonne place dans l’émission. Il s’agit d’un ancien volcan qui, il y a deux millions d’années, s’est effondré sur lui-même lors de la vidange de sa chambre magmatique. L’événement a donné naissance à la caldeira d’une vingtaine de kilomètres de diamètre que nous connaissons aujourd’hui et qui est un paradis pour la faune africaine. Le parcours au milieu des zèbres et des gnous, en compagnie des buffles, des éléphants et autres lions figure parmi mes meilleurs souvenirs de voyages….

Photos: C. Grandpey