Week-end à Fay-sur-Lignon (Haute-Loire)

Après la Haute-Marne et le Festival de Montier-en-Der, j’ai passé ce dernier week-end en Haute- Loire, à Fay-sur-Lignon, où le Centre Haroun Tazieff – présidé par le fils du célèbre volcanologue – organisait un stage intitulé « VOLCANS, le patrimoine scientifique Tazieff à portée de tous ».

Plusieurs intervenants étaient au programme. C’est ainsi que François Le Guern a fait revivre la catastrophe du lac Nyos (Cameroun en 1986) et rappelé les différentes théories qui se sont affrontées – et s’affrontent encore – pour expliquer la coulée de gaz carbonique qui s’était échappée du lac. De la même façon, Thierry del Rosso a essayé de démontrer – preuves à l’appui – que le lac Pavin était un volcan actif. Marcel Bof a expliqué l’importance du magnétisme terrestre dans la recherche volcanologique. Jean-Christophe Sabroux  s’est attardé sur les gaz et panaches volcaniques et sur le rôle du volcanisme dans le bilan des gaz à effet de serre. Une visite sur le terrain a permis d’admirer une fois encore les superbes paysages du Vivarais décrits avec brio et passion par Emanuelle Defive.

Les deux images ci-dessous illustrent les aspects théorique et pratique de ce week-end couvert par FR3 Auvergne qui devrait en rendre compte dans ses prochains journaux.

Fay-01.jpg
Fay-02.jpg

 

De plus en plus de CO2 sur le Mauna Loa (Hawaii / Etats Unis)

Il y a quelques jours, suite à ma note sur la fonte des neiges du Kilimandjaro, un internaute me demandait – dans un commentaire à droite de ce blog – de ne pas prendre position sur le réchauffement climatique, sous prétexte que c’est un sujet que je ne maîtrise pas. Je lui ai répondu en privé que je ne connaissais peut-être rien au réchauffement climatique mais que les observations que j’ai pu faire en différents points de la planète me conduisaient à affirmer, preuves à l’appui, que la fonte des glaces était bien réelle.

S’agissant des causes de ce réchauffement, les points de vue divergent, certains scientifiques allant jusqu’à affirmer que les activités humaines ne sont pas responsables ; ils préfèrent  s’appuyer sur la théorie des cycles climatiques qui a elle aussi ses détracteurs. Pourtant, les derniers chiffres publiés par l’Observatoire du Mauna Loa à Hawaii sont inquiétants. Au cours de l’automne 2009, les concentrations de CO2 avoisinent les 380 ppm (parts per million) et atteindront très probablement 390 ppm au cours du premier semestre 2010. Les scientifiques aimeraient que les participants au prochain sommet de Copenhague prennent ces chiffres en compte et annoncent des mesures qui empêcheront d’assister aux pires désastres climatiques si les concentrations de CO2 atteignent 450 ppm, ce qui devrait se produire inévitablement dans une trentaine d’années, au train où vont les choses. Le pire des scénarii prévoit pour la fin du 21ème siècle une hausse globale des températures entre 2,4 et 6,4°C., qui viendrait s’ajouter à la hausse de 0,6°C observée le siècle dernier. Les conséquences sont connues depuis longtemps : modification des tendances climatiques, extension de la sécheresse et des inondations à des zones jusqu’alors épargnées, hausse du niveau des océans, etc. 

Je le répète, cette note n’est pas une prise de position, même si j’ai le droit de penser que les chiffres publiés par le MLO sont alarmants. Lors de mon dernier séjour à Hawaii en  2007, j’ai eu l’occasion de visiter cet observatoire dont les murs montrent les dernières mesures effectuées par les instruments installés sur la terrasse du bâtiment. Le scientifique qui m’a accueilli a attiré mon attention sur la courbe ascendante du CO2, ainsi que  sur l’influence des éruptions volcaniques sur l’ensoleillement (voir graphique ci-dessous).

MLO.jpg

Nouveau site web!

Comme vous avez pu le voir dans mes liens, je possède parallèlement à mon blog un site web – « Terres de Feu » – dont le but est essentiellement de présenter mes spectacles de diaporamas.

A mon retour du Festival photo de Montier-en-Der, le webmaster du site – en l’occurrence mon fils Gaël – m’a fait la surprise d’une nouvelle présentation, plus élaborée, que vous pourrez découvrir en utilisant la même adresse que précédemment : www.terresdefeu.net.

AP-site.jpg

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) & Etna (Sicile / Italie)

drapeaufrancais.jpgAlors que le Journal de l’Ile titrait hier que « la Réunion se prépare à la saison cyclonique », le Piton de la Fournaise semble se préparer à tout sauf une éruption pour le moment ! En dépit du niveau d’alerte 1 (Eruption probable ou imminente, avec accès interdit à la partie haute de l’Enclos), le volcan reste désespérément muet.

Le dernier bulletin de l’Observatoire date du 12 novembre. Il indiquait que l’activité sismique était faible et qu’aucune déflation de l’édifice volcanique n’était observée.

 

Dans le même temps, on peut lire dans le journal La Sicilia de ce jour que l’activité de l’Etna se caractérise par « l’émission de vapeurs incandescentes à haute température » sur la bouche qui s’est ouverte le 6 novembre sur la fracture à la base du Cratère SE. Il n’y a ni émission de lapilli, ni émission de cendre. Aucune activité sismique ou strombolienne n’est observée. Le tremor reste sur des valeurs moyennes à basses. Les cratères sommitaux se contentent de dégazer.

 

drapeau anglais.jpgWhile the headline of yesterday’s Journal de l’Ile was that « the Reunion Island is getting ready to face the cyclonic season », the Piton de la Fournaise doesn’t seem to be getting ready for anything at all! Despite the alert level 1 (imminent or probable eruption, with no access to the upper part of the Enclos), the volcano is desperately silent.

The Observatory’s latest update (November 12th) indicated that seismic activity was low and that no deflation of the volcano had been observed.

 

Meantime, one can read in today’s local paper La Sicilia that the activity of Mount Etna is limited to “the emission of high-temperature incandescent vapour” from the vent that opened on November 6th at the base of the SE Crater. There is no emission of ash or lapilli. No seismic or strombolian activity has been observed. The tremor displays medium-low values. The summit craters are just degassing.