Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

Dans son édition du 26 septembre, le Journal de l’Ile donne – comme d’habitude – des informations fort intéressantes sur l’éruption en cours.
Le 24 septembre au matin, la surface de la coulée au fond du Dolomieu a été estimée à 180x100m, avec une hauteur maximale de l’ordre de 30 m. Le volume a été estimé à environ 300000 m3, avec un débit moyen de l’ordre de 1m3/sec, soit près de 90000 m3 par jour. On pourrait extrapoler et dire que si l’éruption se poursuivait à son rythme actuel, 1041 jours (moins de trois ans) seraient suffisants pour combler le gouffre, d’un volume estimé à environ 90 millions de mètres cubes. Toutefois, même si l’éruption actuelle semble pouvoir durer quelque temps, les chances de la voir durer jusqu’en 2011 semblent minces !
En attendant, selon l’Observatoire, l’éruption se poursuit toujours tranquillement. Le tremor éruptif s’est intensifié légèrement à partir de minuit mercredi avant de retomber à son niveau antérieur hier soir. Trois séismes sommitaux de faible intensité ont été enregistrés mercredi

A noter que la commission permanente du Conseil Régional a approuvé mardi le plan de financement du projet présenté par l’Observatoire Réunionnais de l’Air (ORA) visant à installer un réseau de surveillance des gaz et particules émis par le Piton de la Fournaise. Lors de l’éruption d’avril 2007, l’ORA avait installé au Tremblet une station provisoire équipée d’appareils de mesure de la concentration du dioxyde de soufre (SO2) et de l’acidité de l’air et des pluies. Cette fois, il s’agit de mettre en place un réseau permanent de capteurs destinés à la surveillance des zones habitées dans un rayon de 15 km à vol d’oiseau autour du volcan au pas de Bellecombe, à Bourg-Murat, à la Plaine-des-Cafres, à la Plaine-des-Palmistes, au Baril, à Saint-Philippe et à Sainte-Rose.
Cette information est à mettre en relation avec ma note sur les émanations de SO2 du Kilauea à Hawaii et aux mesures prises par les autorités locales pour tenter de protéger la population. A la Réunion, on installe les capteurs, mais on ne dit pas quelles décisions seraient prises si le taux de SO2 devenait trop élevé. Il serait souhaitable – comme à Hawaii – que la population sache comment réagir dans une telle éventualité….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.