Réchauffement climatique : Le syndrome de l’autruche

Lors de l’une de ses dernières présences à l’Assemblée Nationale, Nicolas Hulot avait déclaré à propos du réchauffement climatique « Tout le monde s’en fiche ! » Malgré la multiplication des événements extrêmes, y compris en France, avec inondations et vents tempétueux, il est encore impossible pour beaucoup de gens d’admettre qu’ils sont liés à un changement du climat.

Selon certains psychiatres, le cerveau serait la cause de ce déni du réchauffement climatique. Quand on parle à des personnes de quelque chose qui est un danger intangible, la réponse du cerveau est très souvent de s’enfuir, d’essayer de ne pas se confronter à ce danger pour lequel on n’a pas de réponse immédiate. Il s’agit d’un déni de réalité, également appelé « syndrome de l’autruche. » Cette réaction du cerveau s’expliquerait par la fait que cet organe préfère les bénéfices certains au moment présent plutôt qu’incertains dans le futur. Un scientifique norvégien parle d’une « lassitude de l’apocalypse ». À force de voir des catastrophes, notre esprit s’habitue, la peur et la culpabilité diminuent et à la fin on ne prête même plus attention quand on vous parle de fin du monde. Ce comportement est semblable à « l’accoutumance au risque » que j’avais évoquée dans mon livre Volcanecdotes dans un chapitre à propos d’une éruption de l’Etna.

Pour de nombreux experts, il faudrait donc changer la nature du débat en mettant en avant des exemples positifs du changement climatique, et à l’échelle humaine. Ce changement de méthode permettrait de dépasser cette passivité due au cerveau et faciliterait les changements de comportement. Il faut donc se réjouir, entre autres, de voir des journées exceptionnellement douces en décembre qui permettent de belles promenades, du manque de neige en montagne qui évite l’installation de remontées mécaniques qui pourrissent le paysage et de canons à neige qui gaspillent une eau précieuse. Appliquons la méthode Coué et répétons chaque matin au réveil : Tout va bien, tout va bien… !

Réflexions inspirées d’un article paru sur le site de la radio France Info.

Pas sûr que la méthode Coué fonctionne avec les ours polaires, l’une des espèces les plus menacées par le réchauffement climatique (Photo extraite du CD qui accompagne mon livre Glaciers en péril).

Pour se procurer le livre (15 euros avec les frais d’envoi), merci de me contacter par mail: grandpeyc@club-internet.fr