Que s’est-il passé en Irlande le 18 juin 2022 ? // What happened in Ireland on June 18th, 2022 ?

Là encore, du jamais vu! C’est probablement un tsunami météorologique – ou météotunami – très rarement observé dans cette région du monde à cette époque de l’année, qui a frappé la côte sud-est de l’Irlande le 18 juin 2022. Le phénomène a commencé tôt le matin et a duré jusque tard dans l’après-midi. Il aurait été ressenti jusque dans le Pembrokeshire (Pays de Galles), en Angleterre et même en France. Au moins deux ports irlandais ont vu leur niveau baisser et ensuite monter très rapidement
Bien que les météotsunamis ne soient pas exceptionnels dans cette partie de l’Irlande, ils ne sont jamais aussi forts que celui-ci et ils se produisent généralement en hiver. Les habitants du comté de Cork ont ​​déclaré avoir vu la mer baisser d’environ 1,50 mètre en 5 minutes. Le niveau de l’eau est monté et descendu deux fois en moins de 30 minutes. Selon un témoin, « c’était incroyable. La mer a dû descendre une vitesse de six nœuds [11 km/h] deux heures après la marée basse, puis six minutes plus tard, elle est revenue tout aussi vite. Il y avait des bateaux échoués dans le secteur où ils étaient amarrés. C’était comme pendant le mascaret, avec un changement de direction en quelques minutes et de la boue transportée vers la mer. » Heureusement, il n’y avait personne en train de nager ou en kayak. Ces personnes auraient été en difficulté. Ils n’auraient pas pu lutter contre la vitesse de l’eau. Le plus fort de l’événement a duré au moins une heure et demie.
De nombreuses personnes ont posé des questions sur la cause possible du phénomène. Certains ont émis l’hypothèse d’un séisme au large ou un glissement de terrain sous-marin qui aurait déclenché un petit tsunami. Il y a bien eu un petit séisme de M 2,7 au large de l’île de San Jorge (Açores), mais il est peu probable qu’il ait des effets en Irlande. La British Geological Society a déclaré que rien n’avait été détecté sur les réseaux sismiques; il est donc peu probable que l’événement ait été provoqué par un tremblement de terre.
Un océanographe de l’Irish Climate Research de l’Université de Maynooth a déclaré qu’il pensait que la cause la plus probable du phénomène était un météotsunami, une oscillation régulière des courants de marée causée par la pression atmosphérique. Elle a coïncidé avec un changement spectaculaire et soudain de la pression atmosphérique quelque part au-dessus de l’Atlantique au large de la côte ouest de Cork. Ce qui est intéressant, c’est que le phénomène n’est pas resté local. Il a été plus global, avec des effet en France également.
Les scientifiques rassemblent de grandes quantités de données dans le but de comprendre ce qui s’est passé. L’un d’eux a déclaré : « Il semble que cela soit dû à une perturbation atmosphérique, avec des effets qui peuvent être amplifiés localement. »
Voici une vidéo de l’événement :

https://youtu.be/QxmiVB30I8c

Source: The Watchers, presse irlandaise.

——————————————-

Again, never seen before ! What is believed to be a rare meteotsunami hit the coast of southeast Ireland on June 18th, 2022. The phenomenon started during the early morning hours and lasted well into the afternoon. It was reportedly felt as far away as Pembrokeshire (Wales), England and France. At least two harbours almost drained and refilled in quick succession.

While meteotsunamis are known to hit this part of Ireland, they are not as strong as this one and they usually occur in winter. Locals in Cork County said they witnessed the tide drop approximately 1.5 meters in around 5 minutes. The tide would come in and out twice in less than 30 minutes. According to a witness, “it was unbelievable. The tide must have been flowing out at six knots [11 km/h] two hours after low water, and then six minutes later it was coming back in just as fast. There were boats lying aground in the mooring field. It was like tidal bore conditions and changing direction in minutes with mud being carried out to sea.” Fortunately, there were no people in the water swimming or in kayaks. It would have been quite a serious event to them.They wouldn’t have been able to keep up with the speed of the water. The surges went on for at least an hour-and-a-half.

Many people asked questions about the possible cause of the phenomenon. Some speculated there may have been a distant offshore earthquake or submarine landslide leading to a small tsunami. There was indeed a small M 2.7 event off Portugal at San Jorge Island (Azores), but it was unlikely to have effects in Ireland. The British Geological Society said nothing was detected on seismic networks in their regions, making it « unlikely » that the surges were earthquake-related.

An oceanographer with the Irish Climate Research at Maynooth University said he believed the most likely cause of the phenomenon was a meteotsunami (seiche), a regular oscillation of tidal currents cause by atmospheric pressure. This regular seiching coincided with a dramatic and sudden change in atmospheric pressure somewhere out over the Atlantic off the coast of West Cork. What is interesting is that it was not a local phenomenon. It was more global, it was also in France as well.

Scientists are currently collecting large amounts of data in an effort to understand what happened. One of them said: “It looks like it was due to an atmospheric disturbance, with effects that can be amplified locally.”

Here is a video of the event:

https://youtu.be/QxmiVB30I8c

Source: The Watchers, Irish newspapers.

Source: Wikipedia

Histoire de météotsunamis… // About meteotsunamis…

Jusqu’à présent, je savais ce qu’était un tsunami, mais je n’avais jamais entendu parler de tsunami météorologique ou météosunami. J’ai lu dans la presse internationale aujourd’hui qu’un météosunami s’était formé en Mer Méditerranée près de la côte espagnole au petit matin du 16 juillet 2018 et avait inondé les côtes de Majorque et de Minorque dans les îles Baléares. La vague atteignait 1,5 mètre au moment où elle a frappé ces îles. Elle a inondé des plages, des routes, des bars et des terrasses, emportant chaises et parasols. Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer car les plages étaient encore relativement vides au moment de l’événement.
Un météosunami ou tsunami météorologique est une vague d’origine météorologique semblable à un tsunami classique. Les météotsunamis sont générés lorsque des changements rapides de pression barométrique provoquent le déplacement d’une masse d’eau. Une perturbation atmosphérique interagit avec l’océan sur une période de temps limitée (de plusieurs minutes à plusieurs heures). Les tsunamis et les météosunamis sont similaires et il est parfois difficile de les distinguer l’un de l’autre, comme dans le cas où apparaît une vague de tsunami sans qu’il y ait la présence d’un séisme.
On estime que 3% des tsunamis historiques ont des origines météorologiques connues, bien que leur prévalence réelle soit peut-être beaucoup plus élevée car 10% des tsunamis historiques ont des origines inconnues. Les tsunamis du passé sont souvent difficiles à valider ; ils ont pu être à tort interprétés comme des ondes de seiche.

La plupart des supposés tsunamis observés dans les zones à faible risque sismique sont des météo-tsunamis. Exceptionnellement, deux phénomènes peuvent s’additionner, un météotsunami pouvant aggraver les effets d’un  tsunami classique (ou inversement), comme ce fut le cas lors de l’éruption du Krakatoa en 1883, qui a généré des tsunamis volcano-météorologiques également liés à la puissance de l’explosion volcanique.

Les météotsunamis n’ont que des effets locaux car n’ont pas l’énergie suffisante pour provoquer un tsunami au sens où on l’entend habituellement. Cependant, lorsqu’ils sont amplifiés par résonance, ils peuvent devenir dangereux. Le météonunami qui a frappé la baie de Nagasaki le 31 mars 1979 a atteint une hauteur maximale de 5 mètres et trois personnes ont été tuées. La vague de trois mètres qui a frappé la rive du Lac Michigan à Chicago en 1954 a noyé sept personnes.

————————————–

Up to now, I knew what a tsunami was, but I had never heard about meteotsunamis. I could read in the newspapers today that a meteotsunami formed in the Mediterranean Sea near the coast of Spain in the early morning of July 16th, 2018, and flooded the coasts of Mallorca and Menorca in the Balearic Islands. The wave was as high as 1.5 metres when it struck the shores of these islands. It flooded beaches, roads, bars and terraces, sweeping away chairs and parasols. Fortunately, there are no reports of injuries as the beaches were still relatively empty when the event took place.

A meteotsunami or meteorological tsunami is a tsunami-like wave of meteorological origin. Meteotsunamis are generated when rapid changes in barometric pressure cause the displacement of a body of water. A travelling atmospheric disturbance normally interacts with the ocean over a limited period of time (from several minutes to several hours). Tsunamis and meteotsunamis are otherwise similar enough that it can be difficult to distinguish one from the other, as in cases where there is a tsunami wave but there are no seismic records of an earthquake.

Only about 3% of historical tsunami events are known to have meteorological origins, although their true prevalence may be considerably higher than this because 10% of historical tsunamis have unknown origins; Tsunami events in the past are often difficult to validate, and meteotsunamis may have previously been misclassified as seiche waves.

Most of the so-called tsunamis observed in areas of low seismic risk are meteotsunamis.  Exceptionally, two phenomena can add up, a meteotsunami aggravating the effects of a real tsunami in progress (or conversely), as was the case for example during the eruption of Krakatoa in 1883, which generated volcano-meteorological tsunamis, also related to the power of the volcanic explosion.

Meteotsunamis are restricted to local effects because they lack the energy available to significant seismic tsunami. However, when they are amplified by resonance they can be hazardous. A meteotsunami that struck Nagasaki Bay on March 31st, 1979 achieved a maximum wave height of 5 metres andthree people died. A three-metre wave that hit the Chicago waterfront in 1954 swept people off of piers, drowning seven.

Vue des dégâts provoqués par un météotsunami au cours de l’ouragan Ike à Gilchrist (Texas) en 2008. (Crédit photo: Wikipedia)