Voyage aux antipodes (suite)

Toujours plus au sud, nous voici a Wanaka, etape intermediaire entre les Alpes neo-zelandaises et la region des fjords. Hier, survol des monts Cook et Tasman et des glaciers qui naissent a leurs pieds, puis randonnee jusqu’au front du glacier Fox: encore de tres beaux paysages, Au fur et a mesure que nous descendons vers le sud, la temperature fraichit, mais la meteo reste fort acceptable. A bientot. TVB.

Publicités

Nouvelles des antipodes (suite)

L’etape d’aujourd’hui (21 fevrier, date locale) nous a fait traverser le Detroit de Cook entre l’ile du nord et celle du sud. Cela signifie que la partie purement volcanique du voyage est terminee. Elle s’est conclue avec un survol en avion des monts Ruapehu, Ngaruahoe et Tongariro, puis la belle randonnee du Tongariro Crossing. Certes, le paysage est beau, mais je ne pense pas que ce soit la plus belle randonnee au monde, comme l’affirment certains guides.
Les prochains jours vont nous conduire vers le sud, domaine des glaciers, des phoques, des pingouins et des albatros. A bientot. TVB.

Voyage aux Antipodes

Hello from New Zealand.
Apres un circuit dans le nord de l’ile du nord, nous voici dans le vif du sujet volcanique. La premiere etape nous a fait survoler et atterrir sur White Island, l’un des volcans les plus actifs du pays. Du grand spectacle. Ensuite, cap vers la region de Rotorua, ses zones geothermales aux belles couleurs et le parfum de l’hydrogene sulfure. La suite du periple doit nous conduire vers la region du Ruapehu, en esperant que la meteo restera estivale… A bientot. TVB.

Redoubt, Asama et prévision volcanique

La situation s’est stabilisée sur le Mont Redoubt. On observe une certaine baisse de la sismicité, ponctuée de quelques événements plus marqués, comme le montre le tracé du tremor ci-dessous. Les risques d’éruption sont peut-être en train de s’éloigner, même si l’on n’est pas à l’abri d’une brutale recrudescence d’activité.
La prévision sur un volcan comme le Redoubt est rendue difficile par les conditions extérieures : nous sommes en hiver et il fait encore froid à la latitude du volcan où l’éclairage est particulièrement réduit en février. Les scientifiques ne disposent que des sismos et de l’avion pour se rendre compte de la situation. Il leur est impossible d’aller prélever des gaz à la sorties des bouches actives qui – difficulté supplémentaire – se trouvent dans la partie supérieure du Drift Glacier où certains séracs menacent de lâcher à tout moment sous l’effet de la chaleur.
La population des villes autour du volcan s’est préparée à l’éventualité d’une éruption (masques anti-poussière en particulier) et des consignes ont été données pour protéger personnes, habitations et véhicules.
L’incertitude de la situation sur le Redoubt montre les limites de la prévision volcanique actuelle. Elle est apparue au grand jour lors de l’éruption (qualifiée de ‘mineure’ par la Japan Meteorolocical Agency) de l’Asama au Japon. Ce n’est que 24 heures avant l’événement que les autorités ont mis en garde la population sur les risques d’éruption et d’évacuation en sillonnant la ville de Naganohara avec des haut-parleurs. Là aussi, ce sont les sismographes qui avaient donné l’alerte. L’activité sismique s’était accrue en janvier et avait culminé 24 heures avant l’éruption, ce qui avait fait dire à la JMA que l’éruption allait probablement se produire dans les 48 heures. Certes, les volcanologues japonais avaient vu juste, mais avec un délai sûrement trop bref si l’événement avait été de grande ampleur.

2034235426.png

Avec l’aimable autorisation de l’AVO.

Cette note sera la dernière du mois de février émise depuis la France. Demain, je prends la direction de la Nouvelle Zélande, histoire de comparer la viande des agneaux kiwis avec celle – succulente – de « l’agneau baronet du Limousin ». Il y aura bien sûr des volcans et des sources chaudes au programme, sans oublier les phoques, les pingouins et les albatros. Si je croise des cybercafés sur mon chemin, je vous enverrai quelques nouvelles depuis cette terre lointaine d’où je devrais revenir courant mars.

Piton de la Fournaise (Ile de la réunion)

1475806114.28.jpgDans son dernier bulletin en date du 5 février, l’Observatoire indique qu’aucun signe d’activité éruptive n’est observé dans le cratère Dolomieu depuis ce même jour à 00h (heure locale). L’éruption qui a débuté le 14 décembre est donc terminée.

993348610.39.jpgIn its latest report, the Observatory indicates that no sign of eruptive activity in the Dolomieu Crater has been observed since 0:00 (local time). This means that the eruption which started on December 14th is now over.

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

1475806114.32.jpgPonctuée par des « DI events » au cours desquels la chambre magmatique s’amuse à gonfler et dégonfler, faisant varier le débit de la lave, l’éruption se poursuit tranquillement sur les pentes du Kilauea. La bouche dans le plancher de l’Halema’uma’u continue de dégazer en projetant de temps en temps des matériaux essentiellement composés de cendre, voire de cheveux de Pélé. Prenant sa source à proximité du Pu’u O’o, la rivière de lave s’écoule essentiellement en tunnels vers le Pacifique où le panache signalant le mariage de l’eau et du feu est plus ou moins vigoureux selon les jours. On observe de belles coulées de surface sur la plaine côtière (voir la carte ci-dessous). Je renouvelle mes conseils de prudence aux personnes qui souhaiteraient s’approcher de cette zone.
A noter cependant que, suite au dernier « DI event’ qui a eu lieu hier, la lave a pratiquement cesser de s’écouler vers le Pacifique au moment où j’écris ces lignes, mais il est probable que cette interruption n’est que provisoire…
Source : HVO.

993348610.36.jpgThe eruption is going on quietly, punctuated by DI events during which the magma chamber Inflates and Deflates, with an impact on the lava output. The vent in Halema’uma’u keeps degassing, occasionally releasing some materials mainly composed of ash or even some Pele’s hair. Starting near Pu’u o’o, the lava stream flows in tunnels towards the Pacific Ocean where a white plume indicated the painful contact between fire and water. Nice surface flows can be observed on the coastal flat (see map here below). If you intend to visit this area, be very careful!
However, following the latest DI event that occurred yesterday, lava has stopped flowing toward the Pacific Ocean at the moment I’m writing this note, but this interruption is probably just temporary…
Source: HVO.

467867915.jpg

En rose le champ de lave avant le 8 janvier. En rouge, le développement des coulées actives entre le 8 et le 29 janvier.
Avec l’aimable autorisation du HVO.

1176693035.jpg

Exemple de coulée éphémère sur la plaine côtière. [Photo: C. Grandpey]

Soufriere Hills (Ile de Montserrat)

1475806114.39.jpgAprès une période d’activité intense, le volcan semble avoir retrouvé son calme. L’absence d’avalanches de blocs et d’incandescence au niveau du dôme montre que l’extrusion de lave a cessé ou est très faible. De plus, aucune instabilité de dôme n’a été observée.
L’activité sismique est au plus bas.
Les émissions moyennes de SO2 atteignent 640 tonnes par jour, avec un maximum de 868 tonnes et un minimum de 440. Cela représente environ la moitié des émissions observées la semaine précédente.
Toutefois, au vu de la quantité de matériaux qui se sont accumulés au cours des derniers mois, le risque de lahars est toujours présent pendant et après les fortes pluies.
Le niveau d’alerte est maintenu à 4.
Source: MVO.

993348610.46.jpgAfter a period of increased activity, the volcano has gone back to a quiet period. The lack of significant rockfalls and dome incandescence observable at night suggest that lava extrusion – is minimal or absent. Besides, there have been no signs of dome instability.
Seismic activity is very low.
The average SO2 emissions are 640 t / day with a minimum of 440 and a maximum of 868. This is approximately half that from the previous week.
However, due to the volume of materials that have accumulated during the previous months, lahars in river valleys around the volcano are still a potential hazard during and after periods of heavy rain.
The Hazard Level is 4.
Source: MVO.