Nuages de particules et sargasses envahissent la Caraïbe

Il était annoncé par différentes agences météorologiques de la planète et il est arrivé. Connu sous l’appellation Saharan Air Layer (SAL), un épais nuage de particules fines en provenance du Sahara s’est étiré sur plus de 8 000 kilomètres au-dessus de l’Atlantique avant d’envelopper de son voile toute la Caraïbe. Il a atteint Porto Rico le 22 juin, avec une visibilité de seulement 5 km, et le continent nord-américain le 26 juin. On estime à environ 1500 mètres l’épaisseur du nuage.

Ce n’est pas la première fois que le phénomène est observé. La population locale explique qu’il se produit depuis trois décennies, mais cette année, c’est probablement le nuage le plus dense de tous les temps. Inutile de dire qu’à la Martinique la Montagne Pelée est invisible et on distingue à peine le rocher de Diamant au sud de l’île.

Le problème, c’est que ces nuages, composés de sable à l’origine, se nourrissent aussi de poussières en suspension venant d’Europe après avoir traversé la Méditerranée. En conséquence, les particules contiennent également des produits polluants qui provoquent des troubles respiratoires et toutes sortes de gênes, même chez les personnes ne souffrant pas forcément de tels problèmes. Le niveau de qualité de l’air à la Martinique n’a jamais été aussi bas.

Ce nuage de particules fines est à mettre en relation avec un autre phénomène naturel : la prolifération des bancs de sargasses qui a fait l’objet de plusieurs notes sur ce blog. Ces radeaux constitués d’algues brunes s’échouent sur les littoraux des îles situées entre Barbade et Guadeloupe. En se décomposant sur le rivage, les sargasses émettent de l’hydrogène sulfuré (H2S) qui pose des problèmes sanitaires à la population locale.

Les scientifiques s’accordent pour dire que les nuages de particules et les bancs de sargasses sont provoqués par les activités humaines. Les particules fines contenues dans la brume de sable contiennent des nutriments issus de l’agriculture intensive. Ces nutriments tombent dans la mer et deviennent une denrée précieuse pour les sargasses. Elles se reproduisent alors à grande vitesse et envahissent l’archipel caraïbe.

Source : Presse locale.

Vue satellitaire du nuage de particules

Sargasses à la Martinique (Photo : C. Grandpey)

6 réflexions au sujet de « Nuages de particules et sargasses envahissent la Caraïbe »

  1. Bonjour,
    Plusieurs imprécisions dans votre article, c’est très rare! Météo France a fait un article intéressant la semaine passée sur le sujet. Ce phénomène a tjs existé et ne date pas d’une trentaine d’années, même s’il est particulièrement virulent cette année. Les particules fines ne viennent pas des polluants européens mais uniquement de la poussière, ce nuage n’est pas passé par l’Europe mais à pris directement le chemin des alizés plein ouest à la sortie du Sahara. Et s’il ensemence effectivement les sargasses, ce n’est pas lié à l’agriculture intensive du désert du Sahara, mais à la composition de ce désert.
    Bien cordialement

    J'aime

    1. Bonjour,
      Merci pour vos remarques. Il semblerait toutefois, au vu de la littérature scientifique, que ces nuages de sable ne soient pas inoffensifs et ne transportent pas uniquement de la poussière de sable. Un scientifique cubain fait état de minéraux comme du fer, du calcium, du phosphore, du silicium et du mercure, ainsi que des virus, des bactéries, des champignons, des acariens pathogènes, des staphylocoques et des contaminants organiques! 
      https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/brume-sable-cocktail-toxique-venu-afrique-846006.html

      J'aime

      1. Bonjour Claude,

        La pollution est partout, c’est certains et les courants atmosphériques sont têtus à vouloir passer dans des zones qui ont subit de plein fouet le «redémarrage» de l’économie (comme le premier râle d’un moteur thermique encrassé, Paris est un triste symbole de reprise en la matière).
        Avant le transport des poussières, j’ignore s’il existe des conditions particulières (processus physico-chimique, climatiques) altèrant sa quantité pouvant expliquer les observations actuelles.
        Pour les particules pathogènes, la plupart des personnes seraient surprises d’apprendre la quantité qui entre dans leurs poumons à chaque respiration. 😉
        Heureusement, la majorité ne présente que peu voire aucune affinité avec nos cellules ainsi exposées, même en permanence.
        Pour désamorcer encore plus ce climat anxiogène autour de la covid19, il y a par exemple ces liens intéressant:

        Cliquer pour accéder à s41396-017-0042-4.pdf


        Cliquer pour accéder à 859090.pdf

        J'aime

      2. Zut! J’oubliais, pour les sargasse qui ont une grande chance d’être en quantité, ce qui va arriver aux résidants de l’arc des Caraïbes risque d’être malheuresement bien pire que ce nuage ensablé (H₂S).
        Courage à eux. 😦

        J'aime

      3. Tout à fait d’accord avec vous. Au cours de trois séjours à la Martinique en 2018 et 2019, j’ai pu me rendre compte de l’impact sévère des émissions de H2S sur la population. J’ai écrit à l’époque une note à ce sujet.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.