La sismicité à Mayotte (Archipel des Comores) [suite] // Seismicity in Mayotte (Comoro Islands) [continued]

Dans une note publiée le 4 juillet 2018, j’indiquais que les habitants de Mayotte étaient très inquiets à cause d’une hausse de la sismicité sur leur île. Selon les scientifiques du BRGM qui avaient été envoyés sur place, les événements enregistrés dans l’essaim sismique étaient du même ordre de grandeur que ceux de 1981 et décembre 1985. Ils faisaient partie d’une sismicité connue et modérée dans le Canal du Mozambique. Selon ces mêmes scientifiques, en raison de la situation géographique des Comores, la sismicité à Mayotte pourrait avoir une double origine volcanique et tectonique qui traduirait d’une part la position géodynamique de l’archipel sur un point chaud actif et, d’autre part, sa position probable sur le front de la déformation du rift est-africain.

De nouvelles recherches ont été effectuées depuis juillet et différentes hypothèses quant à la cause de la sismicité ont été examinées. Outre les mesures sismiques utilisées pour suivre l’évolution de cet essaim, de nouvelles données ont été analysées en octobre et novembre 2018, notamment celles concernant la déformation de la surface de l’île. L’équipe du Laboratoire de géologie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris a montré que la phase actuelle de l’essaim est représentée par une composante volcanique.
En parallèle, le 11 novembre 2018, un signal atypique à très basse fréquence a été détecté par les réseaux internationaux du monde entier. Le signal se répète sous forme d’onde toutes les 17 secondes environ et dure environ 20 minutes au total.
Ces observations confortent l’hypothèse d’une combinaison de composantes tectoniques et volcaniques. Cependant, cette hypothèse devra être confirmée par de nouvelles études scientifiques.
Depuis la mi-juillet, les stations GPS installées sur l’île de Mayotte ont enregistré son comportement et enregistré un glissement de plus de 61 mm à l’est et de 30 mm au sud. Ces mesures semblent montrer qu’une poche magmatique d’environ 1,4 km3 se fraye un chemin sous la surface près de Mayotte.
Au cours des derniers mois, des membres de la communauté scientifique se sont réunis pour comprendre le phénomène et apporter des réponses aux questions qu’il soulève. Il est envisagé de déployer de nouveaux instruments sur terre et en mer afin d’améliorer la détection et la localisation des séismes.

L’île de Mayotte se situe dans le Canal du Mozambique, entre la pointe nord de Madagascar et la côte orientale de l’Afrique. Elle se compose de deux volcans présentant des géochimies différentes et qui étaient actifs du pliocène à l’holocène.
Source: The Watchers.

——————————————————–

In a post released on July 4th, 2018, I indicated that the residents in Mayotte were getting very anxious because of increased seismicity on the island. According to BRGM experts who had been sent to Mayotte, the events in the seismic swarm were of the same order of magnitude as those of 1981 and December 1985. They were part of a known and moderate seismicity in the Mozambique Channel. These experts thought that, due to the geographic situation of the archipelago of Comoros, the seismicity in Mayotte might have a double volcanic and tectonic origin which translated both their geodynamic position on an active hot spot and their probable position at the front of the deformation of the East African rift.

More research has been done since July and different hypotheses as to the causes of the seismicity have been investigated. In addition to the seismic measurements used to track how this swarm is evolving, new data were analyzed in October and November 2018, especially those on deformation of the island’s surface. The team working at the Geology Laboratory of the Ecole Normale Supérieure in Paris has shown that the current phase in the swarm is accounted for by a volcanic component.

In parallel, on November 11th, 2018, an atypical very low frequency signal was detected by the international networks around the world. The signal repeated in a wave about every 17 seconds, lasting for about 20 minutes in total.

These observations back up the hypothesis of a combination of tectonic and volcanic effects. However, this hypothesis will need to be confirmed by future scientific studies.

Since mid-July, GPS stations on the island have tracked it sliding more than 61 mm to the east and 30 mm to the south. It seems these measurements show that a magma body that measures about 1.4 km3 is squishing its way through the subsurface near Mayotte.

In the last few months, the scientific community has joined forces to understand the phenomenon and provide answers to the questions it is raising. Possibilities are being investigated for the deployment of new instruments on land and at sea to improve earthquake detection and location.

Mayotte Island lies in the Mozambique Channel between the northern tip of Madagascar and the eastern coast of Africa. It consists of two volcanoes with diverse geochemistry that were active from the Pliocene to the Holocene.

Source : The Watchers.

Contexte tectonique de la région (Source: BRGM

Sismicité à Mayotte et dans toute la région (Source: BRGM)

3 réflexions au sujet de « La sismicité à Mayotte (Archipel des Comores) [suite] // Seismicity in Mayotte (Comoro Islands) [continued] »

  1. Bonjour Claude,
    Recherche minière ou mine de recherche ?!
    Ouf, me voilà renseigné, moi qui étais dans l’expectative depuis ma tendre enfance à savoir s’il n’y aurait pas un peu de tectonique et de volcanisme dans le canal du Mozambique. Dieu merci, « la communauté scientifique » vient de porter une réponse sans équivoque après quelques mois seulement d’analyses acharnées, oui il t en a, et Mayotte est bien en train de glisser vers le chaos, le gouffre de l’est, la noyade magmatique. Il n’y a plus l’ombre d’un doute, on est bien en présence d’une « accrétion subducale » dans le coin.
    Maintenant que ce point « resté vraiment obscure » depuis des lustres est brillamment éclairci, il n’y a plus de « Ique » au Mozambique, ne pourrions nous pas missionner la même équipe d’expert au lac Pavin, afin d’être sur sur sur qu’il est bien en sommeil.
    En tous cas j’ai bien rigolé, la farce est d’ampleur, et la leçon d’exception, le Kartala est donc bien un volcan actif, et Mayotte reste un lieu de villégiature formidable.
    Merci aux BRGM-iades et vive la science !
    Amicalement
    Pierre Chabat

    J'aime

  2. Bonjour Claude.

    A la vue des cartes que vous avez mis à disposition, une remarque me vient à l’esprit :
    Le contexte tectonique semble montrer un déplacement vers l’ouest du rift, la trace des anciennes zones d’écartement étant manifeste à l’est de la plaque somalienne.

    Du coup ne pensez vous pas que comme les points chauds volcaniques, il pourrait exister des zones « statiques » d’écartement qui créeraient ainsi des failles et des nouveaux océans en fonction du passage des plaques continentales ? (comme le montre le déchirement de l’Afrique après celui de l’Inde et de Madagascar ?).

    Bonne journée.
    Frédox

    J'aime

    1. Bonjour,
      La région Madagascar-Comores est très mal connue, à tel point que certains se demandent s’il n’est pas en train de se produire une éruption dans les profondeurs au large de l’archipel, mais sans en avoir la moindre preuve. On connaît la surface de Mars mais la plupart des profondeurs de nos océans restent inexplorées. Je ne m’aventurerai donc pas à répondre à votre question. L’hypothèse que vous présentez est tout à fait plausible.
      Amitiés.
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.